Outils pour utilisateurs

Outils du site


ici
Justin Vaïsse, Histoire du néoconservatisme aux Etats-Unis - Site Web compagnon

Compte rendu paru dans Le Monde


→ Retourner à la page d'accueil



====Histoire du néoconservatisme aux Etats-Unis, de Justin Vaïsse : à la gauche des faucons ====

LE MONDE DES LIVRES - article de Jean Birnbaum paru dans l'édition du 31 octobre 2008

Si le néoconservatisme américain suscite en France tant de fascination, ce n'est pas seulement parce que ce courant fournit un épouvantail commode à quiconque vomit la politique des Etats-Unis. C'est aussi parce que cette tendance mobilise un certain idéal avant-gardiste et messianique, celui-là même qui structure l'espérance française depuis 1789.
Comme les jacobins de jadis, les néoconservateurs considèrent que le progrès ne saurait être réservé à telle ou telle culture. Comme eux aussi, ils prétendent punir les tyrans, répandre les Lumières, émanciper le genre humain. Tel est l'un des paradoxes qui frappent le lecteur au moment de refermer cette Histoire du néoconservatisme aux Etats-Unis. Directeur de recherche à la Brookings Institution de Washington, Justin Vaïsse y dépeint les néoconservateurs comme “des universalistes de stricte obédience”, qui aspirent à libérer le monde entier.
A l'origine, pourtant, le néoconservatisme ne se préoccupait guère de politique étrangère. C'est très progressivement que ce mouvement hétéroclite, né dans les milieux de la gauche antistalinienne, s'est tourné vers les questions internationales, jusqu'à faire du Moyen-Orient, et d'abord de l'Irak, son obsession. Là réside tout l'intérêt du livre de Justin Vaïsse, issu d'une thèse de doctorat : loin de décrire le néoconservatisme comme une doctrine figée, il en restitue la diversité, les contradictions, en retraçant ses trois “moments d'impulsion”.
De “répulsion”, aurait pu écrire l'historien. Car chez les néoconservateurs, chaque élan est né d'une révolte contre l'évolution de la gauche libérale, c'est-à-dire contre leur propre camp. Dans les années 1960, il s'agissait de combattre la nouvelle gauche contestataire, féministe et écologiste. A l'époque, ceux qu'on raille comme néocons mettent en avant les effets pervers des programmes sociaux ou des quotas en faveur des minorités. \\Deuxième scansion : les années 1970. Alors que la gauche se mobilise contre la guerre du Vietnam, les Scoop Jackson Democrats, regroupés autour du sénateur Henry Scoop Jackson, critiquent le relativisme moral de la génération baby-boom. Intellectuels ou syndicalistes attachés à la ligne du “centre vital” (progrès social à l'intérieur, anticommunisme à l'extérieur), définie par l'historien Arthur Schlesinger dès 1949, ils défendent la supériorité des démocraties et s'insurgent contre le “dénigrement” systématique de leur pays.
Vient enfin la troisième étape, qui commence en 1995. Après une brève traversée du désert liée à la disparition de la menace soviétique, les néoconservateurs reviennent sur le devant de la scène. Pour la première fois, ils sont clairement à droite. Parmi eux, on ne compte plus d'anciens trotskistes ni même d'ex-démocrates. Intellectuellement, ils sont plus arrogants, plus paresseux aussi. Désormais, la politique étrangère mobilise toute leur énergie. Là où leurs prédécesseurs exhortaient l'Amérique à ne pas reculer devant l'ennemi, ils l'appellent maintenant à aller de l'avant, à promouvoir la démocratie partout, par tous les moyens. On connaît la suite.
Rédigé d'une plume alerte, solidement documenté, ce livre dissipe plus d'un fantasme. Justin Vaïsse remet le néoconservatisme à sa place, et relativise notamment son influence sur George W. Bush et son rôle dans le désastre irakien. Brossant tel portrait, décrivant telle organisation, l'historien se tient à bonne distance de son objet. Avec les femmes et les hommes qu'il étudie, il partage tout de même cette conviction qui donne force et pertinence à son essai : les idées comptent, il faut les prendre au sérieux, elles peuvent bouleverser le monde.

HISTOIRE DU NÉOCONSERVATISME AUX ETATS-UNIS de Justin Vaïsse. Ed. Odile Jacob, 338 p., 29 €.
Jean Birnbaum
Article paru dans l'édition du 31.10.08

ici.txt · Dernière modification: 2008/12/31 18:50 par justin